MARTIN DE TOURS (saint)


MARTIN DE TOURS (saint)
MARTIN DE TOURS (saint)

MARTIN DE TOURS saint (316?-397)

Peut-être au hasard d’une garnison de son père, qui était tribun militaire, Martin naît à Sabaria, en Pannonie (Szombathely, en Hongrie). Il passe sa jeunesse à Pavie, en Italie. Déjà, il pense à devenir moine, mais, étant fils de soldat, il doit servir dans la garde impériale à cheval. Cela ne l’empêche pas de pratiquer la vertu: c’est ainsi qu’à Amiens il donne à un pauvre la moitié de son manteau.

Libéré de ses obligations militaires, il reçoit le baptême et va se mettre sous la direction de l’évêque de Poitiers, Hilaire. Mais, en 356, celui-ci est exilé par les hérétiques ariens au pouvoir, et le disciple quitte la Gaule. Il va jusqu’en Pannonie, où il convertit sa mère, puis revient par l’Illyricum, où il lutte contre l’arianisme, ce qui lui vaut d’être battu de verges. Il essaie de mener la vie monastique près de Milan, d’où l’évêque arien le chasse. Il se réfugie dans un îlot de la côte ligure. Apprenant qu’Hilaire est rentré d’exil, il regagne Poitiers et fonde, à Ligugé, un monastère, le premier de Gaule. La résurrection d’un catéchumène attire l’attention sur Martin, qui devient célèbre dans toute la région.

Hilaire étant mort en 367, et Tours quelques années plus tard se trouvant sans évêque, on convoque Martin sous le prétexte d’assister un malade. Contre son gré et contre l’avis de certains assistants, qui trouvent que ce moine a l’air trop misérable, Martin est ordonné évêque le 4 juillet 371. Évêque, Martin veut vivre en moine; il fonde en face de sa ville épiscopale, de l’autre côté de la Loire, le monastère de Marmoutier.

Avec ses moines et ses disciples, Martin entreprend d’évangéliser les campagnes, encore païennes, bien au-delà de son diocèse puisqu’on le trouve à Autun, à Paris, et plus loin encore. Sa méthode est simple: arrivant dans un village, il réunit le peuple, prêche, persuade, démolit le temple et abat les arbres sacrés. Cela ne va pas toujours sans difficultés: un jour, il se laisse attacher à la place où doit tomber un arbre sacré, qu’il détourne d’un signe de croix.

Délibérément, Martin reste humble et digne avec les puissants. À la table de l’empereur, il présente la coupe d’abord à un prêtre, par vénération du sacerdoce. Quand il apprend que l’empereur veut exécuter les partisans de l’hérétique Priscillien, il accepte de communier avec eux pour les sauver. On lui reproche de s’être compromis avec des hérétiques, acte de charité qui lui est bien plus pénible que le baiser au lépreux à la porte de Paris. À la fin de sa vie, Martin est attaqué et blâmé par des évêques et des prêtres, qui lui reprochent la simplicité de sa vie, sa bonté pour les égarés, son passé de militaire; cela le pousse à éviter plus que jamais les assemblées, à son goût trop solennelles, trop tumultueuses et vaines.

Un conflit entre clercs l’amène à Candes, au confluent de la Vienne et de la Loire. Il y meurt le 8 novembre 397. Son corps, que se disputent Tourangeaux et Poitevins, est ramené à Tours et enseveli le 11 novembre, jour qui est retenu pour sa fête.

Un de ses disciples, Sulpice Sévère, écrit sa vie, et le succès de l’ouvrage vaut à saint Martin une popularité inégalable. Il est le premier qui ait été honoré comme saint sans avoir subi le martyre. Aux temps mérovingiens, la basilique de Tours devient le premier centre de pèlerinage de la Gaule. D’innombrables églises le reçoivent comme saint patron; plus de cinq cents villages de France portent son nom.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • Martin of Tours, Saint — • Fairly lengthy biographical article on this bishop, who died in around 397 Catholic Encyclopedia. Kevin Knight. 2006 …   Catholic encyclopedia

  • Martin of Tours, Saint — born с 316, Sabaria, Pannonia died Nov. 8, 397, Candes, Gaul; Western feast day, November 11; Eastern feast day November 12 Patron saint of France. Born a pagan, he converted to Christianity at age 10. He was forced to join the Roman army but… …   Universalium

  • Martin of Tours,Saint — Mar·tin of Tours (märʹtn, mär tăɴʹ; to͝or, to͞or), Saint. A.D. 316? 397?. French prelate considered the patron saint of France. * * * …   Universalium

  • Martin of Tours — Saint Martin of Tours Statue of Saint Martin cutting his cloak in two. Höchster Schloss, Höchst. Bishop and Confessor Born 316 AD Savaria …   Wikipedia

  • TOURS (SAINT-MARTIN DE) — TOURS SAINT MARTIN DE La destruction de la basilique dédiée à saint Martin est responsable de la polémique qui entoure la datation de l’édifice. En 482, l’évêque saint Perpet avait en effet édifié sur le tombeau de saint Martin une magnifique… …   Encyclopédie Universelle

  • Martin de Tours — « Saint Martin » redirige ici. Pour les noms de lieu, voir Saint Martin. Pour les personnes, voir Martin. Pour les articles homonymes, voir Saint Martin (homonymie) …   Wikipédia en Français

  • Martin De Tours — « Saint Martin » redirige ici. Pour Les noms de lieu, voir Saint Martin. Pour Les personnes, voir Martin. Pour les articles homonymes, voir Sai …   Wikipédia en Français

  • Martin de tours — « Saint Martin » redirige ici. Pour Les noms de lieu, voir Saint Martin. Pour Les personnes, voir Martin. Pour les articles homonymes, voir Sai …   Wikipédia en Français

  • Saint Martin de Tours — Martin de Tours « Saint Martin » redirige ici. Pour Les noms de lieu, voir Saint Martin. Pour Les personnes, voir Martin. Pour les articles homonymes, voir Sai …   Wikipédia en Français

  • Saint Martin of Tours School — is a Roman Catholic elementary school operated by Saint Martin of Tours Parish in San Jose, California. It serves families of the Diocese of San Jose, from kindergarten to eighth grade.* [http://www.stmartinoftoursschool.org/ Saint Martin of… …   Wikipedia


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.